Eric Vannier

Désensablement du Mont-Saint-Michel

Anciennement dénommé « Projet de désensablement du Mont Saint-Michel », le « Projet de rétablissement du caractère maritime du Mont Saint-Michel » a pour but de restaurer et de préserver l’état originel du site et d’en renouveler l’accès en s’inspirant des siècles de pèlerinage qui ont fait la renommée de ce lieu culturel et spirituel. Éric Vannier a fortement et fermement soutenu ce projet qui porte déjà ses fruits en permettant à la mer de circuler autour du Mont Saint Michel et en retrouvant la splendeur des remparts avec la disparition de la digue-route et des parkings.

desensablement-du-mont-saint-michel

Depuis plusieurs dizaines d’années, l’ensablement naturel de la baie s’est accéléré et la mer recule peu à peu pour laisser place à la terre et aux prés salés. En 40 ans, de 1957 à 1997, 27 millions de m³ de sédiments s’étaient déposés sur les 43km² de la baie à proximité du Mont Saint-Michel et chaque année les herbus progressaient de 30 hectares. Si rien n’est fait, le Mont Saint Michel s’ensablera de manière irréversible et ne sera plus jamais cette île que les habitants, les pèlerins et les visiteurs ont connu pendant des siècles.

Pour que cette merveille naturelle et architecturale puisse être préservée pour les générations futures, Eric Vannier a initié dès son élection en 1983 ce grand dessein environnemental et a signé en 1995 la convention officielle du « Projet de rétablissement du caractère maritime du Mont Saint-Michel » avec l’Etat, la région Basse-Normandie, le département de la Manche et la commune du Mont Saint-Michel.

Un nouveau barrage et des aménagements hydrauliques ont été réalisés en 2009. En utilisant la force de la marée et du fleuve Couesnon, le barrage redonne à ce dernier la force d’emporter les sédiments au large.

Un pont-passerelle a été ouvert au public en 2014 pour remplacer la digue-route et permettre aux marées de divaguer tout autour du Mont Saint Michel.

Un parc de stationnement paysager a été inauguré en 2012.

Désormais, le Mont St Michel restera ancré dans son écrin d’eau et redeviendra une île à part entière lors de coefficients de marées exceptionnels supérieurs à 110, comme Éric Vannier l’a toujours souhaité pour ce site qu’il affectionne tant.